Pictogramme Flux R.S.S.Pictogramme Newsletter
Logo FacebookPictogramme Twitter

Le village et le Château

A+ A- A

Le village

Blotti au pied de la butte de son château, au milieu d'une mer de vignes, le vieux village typiquement méditerranéen de Leucate est riche d'une histoire très ancienne. Sa situation géographique, jadis à la frontière de l'ancien royaume de France, lui a fait connaître quelques épisodes guerriers mémorables. Proche de la mer, deux kilomètres seulement, tous les sports nautiques sont à portée de main. Ce qui explique l'importance que le tourisme y a pris. Le complexe sportif et sa piscine couverte, aux portes du village, est ouvert toute l'année. Les amateurs de gastronomie trouveront leur compte au village où de nombreux restaurants les attendent toute l'année. Et ceux qui apprécient le pittoresque ne manqueront pas le marché traditionnel du matin (mardi, vendredi et dimanche) qui se déroule sur la place de la République, au pied de la statue de Françoise de Cezelly, l'héroïne du lieu.

Préhistoire

La mer est indissociable de la formation géologique de Leucate. A l'ère secondaire, puis au tertiaire, elle est venue, repartie puis revenue. Leucate n'était d'abord qu'une petite île comprenant l'actuelle butte du château, puis le plateau de la falaise s'est élevé au-dessus des flots. Au début de l'ère quaternaire (il y a environ 1,6 millions d'années) la mer battait directement de ses vagues le massif des Corbières. L'étang n'existait pas et Leucate était isolé du continent. C'est le phénomène d'alluvionnement qui petit à petit a relié cette île à la côte en formant un isthme, qui correspond à l'actuel axe allant de la gare SNCF au péage de l'autoroute, et qui a enfermé parallèlement l'étang derrière un cordon littoral de sable, qui s'est dessiné en prenant appui sur l'obstacle naturel que constituait le massif de la falaise. Les graus qui s'ouvraient et se fermaient au gré des vents et des coups de mer, restaient les seules communications entre l'étang et la mer.
Le site de Leucate a abrité des hommes dès la préhistoire et on a retrouvé les traces de ce peuplement à deux endroits différents :
- le plus ancien (5000 ans avant J-C.) correspond à l'emplacement actuel de Port-Leucate. Pendant le chantier de construction de la station, en 1966 et 67, les dragues qui creusaient les bassins et les chenaux du port ont rejeté d'étranges objets : débris de poteries, pierres taillées, os travaillés. C'est leur datation au carbone 14 qui a permis de situer dans le temps cette population littorale typique du néolithique cardial, dont on soupçonnait l'existence mais qui n'avait jamais autant livré de secrets qu'ici.
- le second secteur habité se trouve au bord de l'étang, aux grottes des fées. Ce sont trois avens naturels, de plus de quinze mètres de profondeur, qui ont abrité des hommes dès 4500 ans avant J.C. L'endroit a ensuite été utilisé comme sépulture puis encore comme lieu de culte à l'époque romaine.

Le château

Initialement simple demeure seigneuriale, Leucate deviendra par son rattachement à la couronne de France en 1312 une place forte d'intérêt stratégique. Sa position géographique en faisait un poste d'observation en direction de l'ennemi venant du sud. Les déplacements des troupes des Corbières ou sur le cordon littoral ne pouvaient échapper à l'oeil des guetteurs. Le donjon primitif sera complété au fil des siècles par des enceintes successives mieux adaptées pour résister à l'évolution des techniques de guerre. Les architectes italiens du XVème siècle révolutionneront l'art de la construction des places fortes et Leucate n'échappera pas à cette influence. Le château médiéval deviendra une importante forteresse moderne sans cesse améliorée au fil des batailles qui s'y dérouleront. Durant cinq siècles d'histoire mouvementée de Leucate, il restera étroitement lié aux grandes dates de l'Histoire de France et de la défense avancée de la ville de Narbonne. Sur place, aujourd'hui c'est l'Association des Amis du vieux Château qui s'attache à reconstituer son histoire et une partie de ses vieilles pierres. En 1036, le premier possesseur connu du château de Leucate est le sieur Gausbertus de Leocata. En 1503, le château médiéval de Leucate est assiégé et pris en une journée, victime des progrès accomplis par l'artillerie de l'époque. Louis XII décide alors de doter Narbonne et Leucate de fortifications adaptées aux techniques nouvelles. Dans ce domaine, la révolution architecturale revient aux grands maîtres italiens du XVéme siècle. A côté de FILARETE, Antonio FIORENTINO, Francesca di Giorgio MARTINI et de Leonardo da VINCI apparaît la figure de Giovanni da Verona dit Fra GIOCONDO qui, déjà en 1496, sous le règne de Charles VIII devait exercer ses talents de constructeur en France. En 1507, Louis XII déclare : "Le Roussillon est un pays ennemi et Narbonne est une clef de France." La modernisation des fortifications est ordonnée (1510). L'influence des architectes italiens est prépondérante. Georges d'Amboise, ministre de Louis XII charge l'architecte italien de dresser le plan des nouvelles fortifications du pays narbonnais. Dès 1510, Fra GIOCONDO est à l'oeuvre à Narbonne. Le tracé de l'enceinte de Leucate n'échappe pas à l'influence des précurseurs transalpins, si bien qu'en ce début du XVIème siècle, le Nouveau Fort apparaît comme l'une des premières places bastionnées de France. En fonction de l'évolution technologique et de l'expérience acquise à l'épreuve des sièges successifs, le dessin des bastions sera plusieurs fois remanié et amélioré. A partir de 1591, Jean ERRARD de Bar le Duc devient l'architecte militaire de Henri IV. Les nouveaux principes défensifs qu'il élabore en 1594 vont bénéficier au château de Leucate avec ses contre-gardes et ses redans terrassés. Les dernières améliorations confiées à Pierre de CONTI, Seigneur d'Argencourt, verront le jour en 1640 sur l'ordre de Richelieu. Sous le règne de Louis XIV, la forteresse devenue inutile sera rasée en mai 1665.